Tu sais, Ludwig, ta symphonie, là

Non mais, y’a tu faitttte assez beau !!!

Une fin de semaine sans pluie, frais mais on était bien à travailler dehors. Serrer les feuilles et ramasser les meubles de jardin.

Bucolique.

Les tits zosiaux qui chantent (mon oeil : ils hurlent le branle-bas pour la migration vers le sud !!!), les chiens qui aboient, les enfants jouant dans les tas de feuilles, les parents qui gueulent après les enfant qui viennent d’éparpiller le milliard de feuilles qu’ils on peiné à ramasser tout en tas pendant deux heures… Quelle joie contagieuse !

Du coup, ça m’a donné l’idée de faire sécher mes draps dehors; c’est énergétiquement sensé et quoi de meilleur que de se coucher dans des draps sentant le bon air pur… Oui… Il y a meilleur : avec quelqu’une qui n’a n’a pas passé, elle, les derniers jours dehors ! 8)

un intrus

un intrus

Je ne sais pas pourquoi, mais en me couchant dans mes draps tout frais, imprégnés de l’odeur pastorale, ça m’a soudainement rappelé une corvée que mon père (pas fou le mec !) me réservait pour le milieu de l’automne : l’épandage de fumier de mouton sur le gazon.

À y renifler de plus près, effectivement les draps avaient conservé une légère odeur – ce n’est pas fortuit – pastorale. J’avais l’impression qu’un troupeau de moutons avait brouté (…)  sur mes draps. 😯

Bon, vous me direz, le fumier de mouton, c’est un engrais naturel. C’est toujours mieux que les produits chimiques qui empoisonnent les sols et les gens; pernicieux, ils ne sentent rien ces fameux produits. Sauf que dans mon coin, il semble que les gens se soient passé le mot pour l’épandage. Ça schlague d’aplomb, là !

Tiens donc ! Pensons environnement ! Pourquoi ne pas imposer des marqueurs olfactifs (genre mercaptan) dans les engrais/pesticides/herbicides à usage supposément interdit ou restreint ? Comme ça on saurait qui triche dans le coin ! 😀

Ouais. Vous avez raison, pas besoin d’empester l’air : ce sont les seuls dont le gazon est toujours vert. Vrai qu’il est toujours plus vert chez ma voisine… C’est assez invitant. 😛

Bon ben, me reste plus qu’à relaver mes draps et les faire culbuter dans la sécheuse avec du « Bounce »… Les serrer jusqu’au printemps et ressortir mes peaux de mouton pour l’hiver. 😉

Publicités
Cet article, publié dans Dis vert, Humour, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Tu sais, Ludwig, ta symphonie, là

  1. Coco dit :

    A reblogué ceci sur Un autre pavé dans la mare and commented:

    Reprise #003

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s