C’est fini !

J’en avais ras l’bol de me taper tout le ménage, la bouffe, les commissions ! Georgette se trouvait toujours un bobo, une excuse bidon pour ne rien faire. Je lui ai dit. J’ai beau être un bon gars, il y a tout de même des limites !!!

… Elle m’a foutu à la porte… 😡 Juste avant que je ne reçoive une valise par la tête… J’ai repris connaissance juste à temps pour me rouler hors du trajet d’une énorme camionnette d’où débarqua une espèce de mastard qui m’a regardé d’un regard hagard à m’inspirer de mettre les voiles au plus sacrard.

J’ai pas osé lui demander s’il pouvait reculer un brin afin que je puisse récupérer ma valise éventrée, gisant, agonisante, sous un des pneus du Hummer de tapette (H2, pour les incultes).

Essayez de trouver un taxi ou encore un hôtel à Saint-Tringuinglin et vous serez convaincus de ma détresse (de me faire jeter)  et désarroi (face à un avenir immédiat).

… Il y a bien un bar de danseuses, mais… Y a pas une danseuse qui m’aurait hébergé… J’ai déjà vérifié… Elles sont toutes des amies de Georgette… Sais pas pourquoi…

Direction dépanneur « Chez Georgette ». Et, oui, le bar de danseuses s’appelle « Chez Georgette » aussi. Et oui, c’est à ma Georgette adorée qui a hérité irrité son père à un point tel qu’il lui a tout refilé, moyennant répudiation inconditionnelle…  Je suis maintenant convaincu que son père y a gagné au change. Remarquez, que c’est pas Georgette qui y travaille… Qui l’eut cru… J’ose pas l’imaginer autour d’un poteau. Donc, pas de problème, j’ ai toujours mon ardoise au dépanneur… Non : Georgette a déjà appelé pour me couper le crédit. J’aurais jamais cru que Georgette eut l’énergie nécessaire à me barrer. Décidément, elle a un grand coeur de pierre.

Gertrude, la commis de service, m’a tout de même permis d’emprunter un Journal de Mourial. Recherche fébrile d’une piaule quelconque. Pas dojo à trouver dans notre bled.

Coup de chance, le camping « Chez Georgette » (ce coup-là c’est pas la mienne… euh… mon « ex » mienne) a des roulottes à louer.

Gertrude, gentille comme un coeur, me permet de passer un coup de fil. « Pas de problème, j’en ai encore qui sont libres« , de me dire la proprio du camping qui, vous l’aurez deviné, s’appelle Ginette…

Mon seul problème c’est de m’y rendre. Gertrude, gentille comme un coeur, me dit d’aller me faire voir, pas question qu’elle me prête sa vintage Ford Pinto, probablement la seule au monde qui n’ait pas explosée… Je la comprends et m’imagine méchamment qu’elle se fasse rentrer dedans à l’unique arrêt du village. 👿

Après deux heures de marche me voilà enfin au camping « Chez Georgette » et, allez savoir pourquoi, j’ai comme un haut-le-coeur. Ginette est presqu’une copie conforme de Georgette !

Mais, heureusement, la voix est différente, charmante à vrai dire, et Ginette de me dire que j’ai une chance de cocu (…), parce que je suis le trois cent millième heureux locateur de leurs « facilités ».

Le loyer est gratos pour trois mois, et je deviens l’heureux propriétaire d’une bagnole de collection. Je n’en crois pas mes oreilles. Mes oreilles je m’en fous : je veux voir les papiers et les signer au plus vite !

Ma roulotte

Avouez que ça a de la classe !

Mazette ! J’aurais jamais cru qu’un camping puisse faire autant de fric… Vrai qu’il y a des champs de maïs tout autour, qui lui appartiennent aussi. Pensais que ça puisse être si payant de faire du Pop-Corn !!! Bon. Mais moi, je m’en fous, j’aime bien le maïs, bouilli, éclaté ou fumé. !!! 🙂

La roulotte est toute nette, avec nénénet et le câble et le téléphone compris. Génial ! Une fois Ginette retournée à son château je m’empresse d’appeler Annette. Vous vous rappelez Annette ? C’est ma collègue de travail. Je lui dit de se pointer avec une pizza, qu’on allait prendre la crème à Hyères. Elle me répond qu’elle se pointe dare-dare.

Et la voilà qui arrive, justement. Moi, je vous laisse, car j’ai un tapon de choses à conter à Annette.

Ben... Elle a oublié la pizza, mais pas le vin !!!

… Tiens ! Elle est encore habillée en nonne ! Ça devient une fixation…

Euh… Excusez-moi, là, il faut vraiment que j’y aille. 😛

Cet article a été publié dans Humour, Tordu. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour C’est fini !

  1. Coco dit :

    A reblogué ceci sur Un autre pavé dans la mare and commented:

    Reprise #014

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s