Ouane frêneche fraille, tout hot-dogzes à l’adresse, tout gô.

Croyez-le ou non, nous sommes (les Québécois) la preuve vivante que le ridicule ne tue pas. Parce qu’après trois cent ans de résistance à l’assimilation aux têtes carrées, on est assez grands pour le faire tout seul. Au moins on a la fierté d’être les premiers que le ridicule aura tué.

Dimanche, le 1er avril, le journal La Presse publiait un article intitulé :

« Des millions pour angliciser les immigrants francophones », (Mme Jocelyne Richer, de l’agence Presse canadienne).

Je me suis bidonné.

La Presse qui publie un poisson d’avril ! Tout a fait inusité parce que d’ordinaire il n’y a que le caricaturiste Serge Chapleau qui arrive à me faire sourire.

Puis je me suis mis à rire jaune.

Si c’est un poisson d’avril, on est un joyeux nombre à passer pour des poissons !

Payer des cours d’anglais (langue considérée comme nécessaire pour se trouver un emploi « dans les grands centres »)  aux immigrants francophones pour qu’ils puissent intégrer le marché du travail plus rapidement… Deuhhh. 😯

Encore une « nouvelle » qui montre combien on est stupide de croire notre cher goooouvarnement provincial qui se proclame le chevalier de  la défense et survie de la langue française en Amérique. 😡

Comme connerie… Si vous en trouvez des plus gratinées, vous me le dites.

Vrai qu’on est tellement raisonnablement accommodant qu’il faut bien se dépêcher d’intégrer les immigrants francophones pour les avoir le moins longtemps possible sur le BS.

… Plus con que ça, il n’y a que les Conservateurs de Stephen Harpeur qui se tordent de rire.

Tout ce fric pour pouvoir travailler au Québec… Qu’on les envoie à Québec ! Ville à 95 % franco ! Ou en Gaspésie, dans les Bois-Francs, n’importe où mais pas à Montréal (Laval compris !!!) où pour 2,1 $ millions en cours de français ils pourront prendre le microphone et déclamer :

« Ouane frêneche fraille, tout hot-dogzes à l’adresse, tout gô. »

Tant qu’à être cons, arrêtons les frais ! Finie l’immigration de francophones. N’acceptons que des anglophones ! Comme ça ils pourront commencer à travailler en arrivant. 👿

Et comme condition d’entrée au Québec, on n’a qu’à les obliger à prendre des cours de français du soir, à leurs frais. Comme ça, ça sera doublement payant.

Et, entre vous et moi – le dites surtout pas à personne – je m’inscrirais à des cours de chinois vite fait. Histoire de perspectives d’emploi… et d’indépendance.

p.s. j’ai eu beau chercher une révélation de poisson d’avril relativement à cet article dans l’édition du 2 avril, mais je n’ai pas trouvé. Eussiez-vous trouvé la chose, j’apprécierais assez beaucoup que vous m’en fissiez état, genre, style, tsé veux dire…

Cet article, publié dans Éducation, Humour, On nous prend pour des cons, Politique, Société, Tordu, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Ouane frêneche fraille, tout hot-dogzes à l’adresse, tout gô.

  1. Coco dit :

    A reblogué ceci sur Un autre pavé dans la mare and commented:

    Repris # reblog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s