Clematita, clematita, clematitam

Suite des aventures de l’étrange clématite (Clematis de son vrai nom) qui rêve de pousser à l’abri.

Il était une fois un jardinier qui jardinait. Force lui fut de construire une « remise » pour entreposer ses potions magiques et nauséabondes, outils divers et d’hiver et le millier de cossins tout aussi utiles qu’inutiles.

La remise, une coquille en fait, eut tôt fait de ressembler à une décharge municipale. 🙄

Le jardinier se décida un jour à remédier à ce foutoir, en construisant un semblant de rangement, histoire de s’y retrouver, mais surtout de pouvoir y circuler. 😳

Hors, une coquine clématite trouva refuge dans cette remise, four incontesté des environs, pépère, à l’abri des bestioles volantes, marchantes  et rampantes de tout genre. Le manque de soleil ne semble pas la décourager. Elle s’épanouit et s’épanouit toujours.

Le jardinier, bien étonné de cette belle intruse, se demandait bien comment construire quelque rangement sans nuire ou matraquer la pauvre réfugiée sans lui porter préjudice en compromettant sa fragile survie.

Il retourna donc à sa planche à dessin (… son ordi quoi !!!) afin d’assurer un maximum de confort à l’existence tout de même légèrement prédestinée à une brièveté tout à fait climatique… pour ne pas dire « clématique ».

Il se mit donc à l’oeuvre avec toute la maladresse du jardiner devant un marteau ou une scie. La sagesse  lui fit néanmoins se pourvoir d’une trousse de premiers soins pour bricoleurs gauchers. 😛

Vous me direz que pour un marteau, c’est pas gênant, mais pour un pouce-vert gaucher, c’est le rouge garanti. 😦

Au prix de moultes acrobaties, le jardinier parvint à ses fins sans massacrer la douce clématite, ou quelque pouce que ce soit d’ailleurs.

La pauvre connaîtra malheureusement l’exiguïté des logements urbains. Mais au prix que lui fait le jarninier, elle a pas intérêt à se plaindre, la squatteuse !


Le mystère demeure quant à savoir si une abeille ira batifoler dan le coin, genre bousculade d’étamines et de pistils, histoire de stigmatiser les anthères pour faire de quoi en terre. Parce que la coquine a étalé toutes ses étamines, la sans gêne. Côté sol, le jardinier n’est vraiment pas certain que ça fera des enfants forts, à s’osbtiner à vouloir pousser dans du bois.

À suivre…

Cet article, publié dans Humour, Nature, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Clematita, clematita, clematitam

  1. Coco dit :

    A reblogué ceci sur Un autre pavé dans la mare and commented:

    Reprise # optimisme « vert espoir »

  2. candide57 dit :

    mais y’a que des plantes géantes chez toi!!!

  3. Dominique dit :

    Wahoooo ! Et si elle devenait une plante carnivore, tu y as pensé ? Pas normal qu’elle pousse à l’abri des regards, méfie-toi… un accident est vite arrivé qui ne laisserait pas de traces… brrrr !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s