Et là, soudainement

Je me surprends à penser à ma querida sobrina Juju, qui fut d’ailleurs l’une de premières à suivre mon blog.

C’est qu’elle a du goût ma sobrina ! … Errrhhh… Non. Je n’ai pas dit « goût certain »… côté tío. Mauvaises langues, va !  🙄

Juju qui est présentement à Nantes, seule, loin de son amoureux et de sa famille… La torture; parce que c’est une femme passionnée ma querida. ( Ho ! C’est pô moi son amoureux, hein ! Ça va pas la tête, je pourrais être son père !)

Juju qui doit geler comme un creton. Vrai que passer de 26˚ à l’ombre à 13˚ au soleil ça saisit. 😯

Vous comprenez maintenant ses hésitations accepter mon invitation à venir faire un tour ici en hiver. 😉

Alors si vous la voyez d’ici la fin juillet, dites-lui le bonjour de son tonton Coco loco. L’ingrate ! Elle ne m’a même pas envoyé un seul courriel ! 😯

… Vrai qu’elle n’est pas en vacances ma belle Juju. Vrai aussi qu’elle a mieux à faire de ses moment libres ! 😉

Je lui envoie tout de même un beso et un abrazo !

Elle déteste ça quand j’lui fais ça ! MDR

chere-juju

Juju, c’est une charmante jeune Nicaraguayenne qui enseigne le français (à une Université de Managua e à l’Alliance française(, qui joue au Théâtre National, qui chante merveilleusement bien, qui apprend l’anglais (ô souffrance) et se démène avec un dynamisme peu commun pour toujours apprendre, transmettre et améliorer. Dans un pays – il ne faut pas le nier – où les conditions ne sont pas franchement jojo.

Mais elle n’abandonne jamais. Elle a toute mon admiration.

Le stage à Nantes, c’est pas rien comme reconnaissance de sa valeur comme prof, dans ce pays bouleversé.

(tiré d’un billet antérieur… C’est rendu que j’me cite !!! 🙄  Non TSA, c’est pô le vieux qui radote !!! 😛 )

Cet article, publié dans Amitié, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Et là, soudainement

  1. tu as l’air de l’aimer si fort, juju peut etre fiere et heureuse

  2. t’es un peu sadique ! 😀

  3. Julissa dit :

    Muchas gracias, meme si je pense que tu exageres quand tu parles de moi. Moi aussi je t’aime bien, je n’ai pas deux tios comme toi (heureusement- lol) Je suis en France, mais je sens que je profite pas bien des belles choses de par ici. Un abrazo, pas de beso.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s