De l’art de suivre des instructions d’assemblage

Si vous êtes comme moi et si vous avez le malheur d’acheter des meubles en kitikea ou quelque truc mécanique (genre voiture ou fusée intergalactique) vous lisez les instructions d’assemblage après avoir assemblé la (ou les) chose(s).

Bon ben moi, j’ai le droit. C’est génétique.

…Avec quelques réserves…

Mon père adorait démonter et remonter tout plein de bidules, « pour voir comment ça fonctionne ». Et il ne connut que le succès.

Son succès le plus « net » consista à démonter la lessiveuse à linge défectueuse et arriver à faire fonctionner « la machine » qui swish-swasha encore plusieurs années, malgré quelques vis restées désoeuvrées, là sur le plancher, accusatrices d’un bidouillage douteux.

Mon père n’en trouva ni n’en comprit jamais l’utilité. Ce mystère le hanta toute sa vie.

Ceci dit ce « don » – c’est ce dont il s’agit n’est-ce pas – n’est pas donné à tout le monde.

va-et-vient

Jamais compris non plus comment il en était arrivé à un tel résultat.

p.s. pour celles qui songeraient subitement à me refiler des petits travaux de réparation, je vous dirai que j’arrive à « déduire » où se trouve le compartiment moteur d’une bagnole parce qu’en général il n’y a pas assez de place pour y entasser mes valises. 😉

Publicités
Cet article, publié dans Humour, Tordu, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour De l’art de suivre des instructions d’assemblage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s