Ça pète !

Je mentionnais à une copinaute, combien on était toujours ébahi, bouche bée ( ou bouche « Ah! » ou bouche « Oh ») fasciné par les feux d’artifices.

Et en ce qui me concerne, cé pô d’hier !

boooum

Ça date de mon enfance… Comme tout le monde, j’imagine. Ça doit être dans les gênes, quelque chose à voir avec la fascination pour le feu.

… Un feu de foyer avec une dame langoureusement étendue sur une peau d’ours polaire, une flute de champagne à la main, la bouteille à ses côtés. 😀 😀 😀

« Cliché ! » « Lubrique » ! me direz-vous.

Ho ! Qui resterait indifférent à une bouteille de champagne, hein ? Je vous le demande. Surtout que dans un tel cas faut se « précipiter » parce que le champagne (malgré le saut de glace) chaud, cé pô la joie. 😦

Et puis c’était pas du champagne mais du cidre mousseux infect, j’ai pas bu beaucoup, la dame ayant sifflé presque toute la bouteille pour finalement s’affaler « ronde comme une pelle » (façon de parler) sur une peau de mouton (le mouton n’a pas souffert, elle faisait dans le poids-plume la dame…). Et le sot n’étant pas de glace, ça a quelque peu refroidit son enthousiasme… Faut dire qu’elle ronflait « rondement ». 🙄

Bref… M’enfin pour en venir au réel propos de ce billet, la chose (les feux d’artifices, là) me remémora mes premiers souvenirs de ce spectacle toujours agréable.

On n’y avait droit qu’à la Saint-Jean Baptiste. Seule occasion où on nous réveillait (à part Noël) pour aller se précipiter avec toute la ville (village, mais les gens de mon patelin étaient prétentieux) pour assister aux « feux d’la Saint-Jean ».

Et quand je dis « toute la ville » ça comprenait même les pompiers (camion-pompe-échelle compris) qui devaient (en principe) veiller à ce que l’artificier ne foute le feu à toute la ville(age). Comme si le feu pouvait prendre dans un terrain de jeux (déboisé) au bord de la rivière ! 🙄 De toute façon, à voir leur démarche on voyait bien qu’ils étaient tellement pompettes (saouls) qu’ils auraient pu éteindre un feu de forêt sans camion-pompe, ni échelle d’ailleurs…

Bref, une fois par année, c’était pas beaucoup. Alors on s’était dit qu’on s’en ferait un, juste à nous).

Tout gamins qu’on était, on ne manquait pas de ressources. Particulèrement côté « dépanneur » ( ici étant un commerce offrant des services d’épicerie… mais surtout de la bière, après les heures d’ouverture « normales » des super-marchés) qui tenait un stock impressionnant de pétards, à mèche ou pour feux d’artifices.

Bien sûr, la vente était interdite aux morveux, mais un copain avait un frère « vieux » par qui on pouvait faire acheter l’objet de nos désirs (présents et futurs 😳 ). Évidemment, le profiteur exigeait des honoraires mirobolants (surtout pour nos pauvres vingt-cinq sous d’allocation hebdomadaire).

Ça nous permit tout de même de nous procurer un pétard (un seul) de taille impressionnante.

Que de regards scintillants, conspirateurs, émerveillés !

Bah… Mais voilà : on ne pourrait attendre la nuit tombée pour faire exploser notre machin, l’heure du couvre-feu (…) pour nous pôôvres jeunots se situant bien confortablement du côté ensoleillé des jours d’été. 😦

Mais, je vous le dis, on ne manquait pas d’esprit pratique non plus. 😉

Alors le « garage » (en bois) du proprio réunissait les promesses d’un succès (diurne) garanti : aucune fenêtre, et tous ensemble on pourrait bien arriver à ouvrir – et surtout refermer – la lourde porte d’accès et jouir ainsi de toute la pénombre nécessaire pour « réaliser » notre investissement commun.

Bah oui ! On était con. Ho ! Vous avez toujours tout prévu, vous, dans votre vie ? :mad » 😛

Et de nous y précipiter, en catimini (il n’y a que des enfants pour croire qu’ils pouvaient dissimuler un pétard aussi grand qu’eux…) vers le garage.

Après bien des « oufs », on a réussi à ouvrir juste assez grand pour nous glisser sous la petite ouverture de la porte et de jubiler d’excitation.

Vous n’en doutez même pas, la joie fut brève. 😯

Le pétard s’est bien allumé et s’est joyeusement propulsé dans tous les coins du « finalement petit » garage.

La panique sur le Titanic c’était rien à côté ! 😯 Et je vous affirme fermement que coordonner un repli stratégique coordonné sous le feu ennemi c’est pas donné à des morveux.

Que de sifflements ! Que d’étincelles ! Que de fumée ! Que de cris ! En tout sens et désordre !

Nous ne dûmes notre salut qu’à notre Sainte-Dame-du-Proprio qui, d’une étroite fenêtre, nous ayant vu furtivement passer, se doutait qu’on pouvait bien être à concocter un sale tour, s’était dirigée vers la porte côté jardin (et garage) mais pas assez vite pour notre précipitation malfaisante.

Par contre elle n’a pas eu à attendre longtemps pour se rendre compte qu’il y avait immanquablement un phénomène anormal côté garage.

Heureusement, elle s’est rapidement (tout étant relatif) précipitée vers l’endroit en apparente perdition, mais l’énervement l’a quelque peu fait cafouiller avec la porte. Et la lumière fut ! La fuite aussi ! Impérative.

Notre Sainte-Dame-du-Proprio a réussi à dérouler le boyau d’arrosage du jardin et mis promptement fin au feu. Elle a bien fait parce que je suis pô certain que les pompiers étaient en état d’éteindre quoi que ce soit, même pas leurs maux de tête plus que probables. 😕

On s’en est finalement sorti pas trop mal, à part quelques brûlures superficielles, cheveux roussis… Par contre, on a tous eu droit à une volée (fessée) monumentale.

Personnellement, je dois ici saluer la modernité de mes parents. Eux ils étaient pô du genre à faire dans le sectarisme « parental » : j’ai eu droit à deux fessées. 😥

Je n’ai plus jamais « rejoué » avec des feux d’artifices. Seulement avec des pétards  à mèche… Mais c’est une autre histoire.

Ça n’a pas altéré ma fascination pour les feux d’artifices, tout de même ! Mais de loin !

Si si ! À preuve, j’ai un copain qui est artificier. Lui et ses frères représentaient le Canada (…) pour les Internationales des Feux de Montréal, au tout début de cet événement. C’est pas rien. Je n’en ai jamais manqué un seul.

Hors, le joyeux feufollet me remit une grosse caisse de « bombes » pour me remercier d’avoir conçu son logo de compagnie de spectacles de feux. 😯

Je n’ai pas eu le courage de dire non… Me serais bien contenté d’un polo agrémenté de leur logo, mais nenni. Il débordait de joie et follement fou du logo. 😦

Je n’ai jamais autant regretté d’avoir fait plaisir à quelqu’un. 😥

J’en perdis le sommeil. « Garder à l’ombre dans un endroit sec et frais »… Jamais réussi… Vous essaierez, vous, dans un appart surchauffé et dont le contrôle de la température m’était impossible !!! 😯

… Mes proprios étaient frileux… Siciliens d’origine… Là, encore, vous essaierez de contredire un Sicilien, vous ! 😯 😯

Tout un hiver que j’ai cohabité avec la caisse menaçante. Pour tout dire, j’ai passé plus de temps ailleurs que chez moi cet hiver-là… Et en de plus éclatante compagnie !

Mais je m’en soulageai gentiment le printemps suivrant en l’offrant à un copain qui voulait faire quelque chose de spécial pour le 10e anniversaire de sa fille. Ce fut un succès semble-t-il. J’y suis pô allé, couillard que je suis.

Et justement, la copinaute mentionnait qu’il était aussi plaisant de donner que de recevoir !!! 😉

Que je vous rassure : je n’ai jamais donné la fessée à ma fille… ni de pétards d’ailleurs. 😛

Publicités
Cet article, publié dans Humour, Tordu, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Ça pète !

  1. candide57 dit :

    t’as de ces aventures toi alors!!! 😛

    • Coco dit :

      Tu parles ! C’était déjà commencé et ça ne s’est pas arrêté là !

      Je te compte pas nos guerres entre « cowboys et indiens » avec des carabines à plomps; quand on a réussi à se fabriquer des « arbalètes-maison » et d’un surplus néfaste de consommation de pommes, les sauts en vélos, Zorro, Batman, et j’en passs et en oublie… 😛

  2. ladyelle134 dit :

    Je me suis quand même bien amusée à te lire !

    • Coco dit :

      Comment ça « quand même » ???!!! 😥

      • ladyelle134 dit :

        Ben voui ! je voulais pas te vexer après tout ce « pétage » ! mais c’était trop marrant, surtout de la façon dont tu l’as raconté, alors je persiste et signe : Je me suis QUAND MEME » bien amusée ! Merci mon Coco du Québec ! 😉

        • Coco dit :

          Bienvenue, Ladyelle de… euhhh…. l’Europe ! 😛

          • ladyelle134 dit :

            😉 Si tu savais comme j’ai envie de retourner au Québec et de faire visiter à mon amoureux….. *soupirssss*
            Peut être l’année prochaine si tu me promets de ne pas toucher à un seul pétard durant mon séjour, parce qu’au moindre pet je saurais qui c’est ! et je te dénoncerais sur le blog ! na ! 😀 (t’as vu comme je suis cruelle hein ? 😉 )

            • Coco dit :

              Tu es déjà venue en visite !!! Content que tu aies aimé ! 🙂

              Promis-juré croix de bois croix de fer si je mens je vais en enfer je ne ferai pas exploser de pétards 😉

              Dénonce ! dénonce ! MDR

  3. Oui c’est comme toutes les choses dont on a peur, mais qu’on aime bien !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s