Ah la joyeuse époque estudiantine !

À chaque année, de voir arriver de nouveaux étudiant(e)s, timides effarés par la « grandeur » du campus universitaire et traumatisés par la psychose des architectes qui ont construit des pavillons en portant un soin particulier à l’élaboration de labyrinthes parce qu’ils n’avaient pas compris que ce n’était pas des laboratoires dédiés à l’étude comportementale des souris qu’on leur avait commandés mais des locaux pour l’enseignement, me chavire.

J’sais pô si vous avez remarqué, mais ils débarquent de plus en plus jeunes à l’université ! 😕

Ça me rappelle ma propre époque estudiantine, cet élan tsunami-esque de vouloir changer le monde.

…Et surtout ne plus être sous les jupes de môman ni à portée du batte de baseball du pôpa.

Enfin ! L’indépendance ! La liberté !

Toute chose étant relative…

Surtout après avoir payé les frais de scolarité et payé un premier loyer (exorbitant) et se rendre compte (après avoir aussi payé les nombreux bouquins obligatoires, écrits par les profs qui nous ressasseraient la chose en « live ») que le prêt-bourse a subi une ponction laissant à peine assez de pesos pour payer un maigre party. 😥

… Et on n’en est qu’à la première semaine de cours ! 😯

…La basse réalité matérielle vous frappe comme un joueur de rugby quand vous êtes  en pleine position yoga (enfin maîtrisée) de la chandelle.

yoga

Vous aurez compris que le colocation s’impose comme un Grec en vacances chez vous : ce n’est pas une « situation » agréable en soi… Faut surtout pô échapper la petite monnaie par terre ! (Ben… Si vous ne vous doutiez pô que j’avais l’esprit tordu, j’ai des petites nouvelles pour vous : cé pô d’hier !)

Et voilà. La cohabitation étant réglée, l’intimité toute nouvelle avec des personnes du sexe opposée, pour 4 colocs mâles, ça se complique. 😦

Hein ? Naaan !!! Oubliez le Grec !!! 🙄 Tordus !!! 😡

Par contre côté furtif, les bombardiers américains auraient intérêt à consulter les couples étudiants sans le sou.

Ceci dit, le mec qui a dit qu’on pouvait vivre d’amour et d’eau fraîche, ben il est mort.

Dans la prime force d’adulte mâlesque, ça prend des calories. Des tonnes de calories pour un minimum de fric.

Et la capacité d’évolution et d’adaptation de l’espèce humaine étudiante a atteint des sommets en élaborant un régime alimentaire insurclassable :

  • Pâtes alimentaires (avec ou sans sauce)
  • « Beurrées de beurre de pinottes ». Pour vous Européens, ça ne vous dit rien, mais le beurre de pinottes (… beurre d’arachides…) est un pilier fondamental de l’alimentation québécoise.
  • Les « p’tits plats » préparés par une môman inquiète (à tord ?)

Les p’tits plats, c’est vite réglé : y en a qui vous attendent à chaque fois que vous vous pointez innocemment chez vos parents avec deux semaines de lessive.

Mais, là comme en toute chose, il faut y aller avec modération, surtout quand le pôpa se rend compte que vous avez « sifflé » sa caisse (mensuelle) de 12 bières.

Hors, c’est lors d’une razzia/visite bi-mensuelle chez le paternel que Jean-Pierre (un des colocs… vous aurez compris) décida de se prendre en main (… ramenez pô le Grec, hein ! 😡 ) et de se préparer de la bouffe pour « quelques » semaines.

Revenant chargé, comme un âne, de bombance pour une semaine, une irrésistible envie de pleurer en entrant de l’appart me prit dans le gorgotton (…gorge…).

Il y avait une forte odeur piquante et une humidité qui se plaqua à mes barniques.

Je réouvris la porte de l’appart histoire de dissiper la vapeur de mes lunettes et de prendre une fraîche bouffée d’air hivernal.

Je pris finalement une grande respiration et réintégrai l’appart.

Pour y découvrir un Jean-Pierre, rouge, au bord de la suffocation. Je le traînai vite hors de l’appart.

Le choc fut peut-être un peu brutal pour lui, mais quelques onces de vodka (que j’avais piqué au paternel) lui insufflèrent un semblant de vitalité.

Et là, effondré, il me raconta sa « concoction » de sauce à spaghetti. Pô compliqué…

…Simple…

spagh

Après avoir ouvert les fenêtres un peu partout et fermé le feu sous la marmite, on constata les dégâts.

Des traces relativement informes d’éclaboussures tomatées. La tapisserie (qu’on n’avait pô enlevée par manque de fric) était « décollée » un peu partout dans la cuisine…

tapisserie

Et l’odeur demeurait persistante et quasi létale.

En examinant les corps morts et le recette épinglée sur une porte d’armoire, je compris le « problème ».

J’ai eu la force de lui demander ce qu’il avait utilisé pour « préparer » sa « sauce à spaghatt ».

« Dis-moi Jean-Pierre, cé kwa une gousse d’ail ? »

« Ben cé un tapon en forme d’oignon »

« …OK… Est-ce que tu sais ce qu’est une  « tête d’ail »?

« La tienne ? »

« Nan… Une tête d’ail cé un tapon de gousses d’ail !!! »

«  Ahhh… Pi ? «

« Ben t’as mis environ huit fois la quantité d’ail que ça prend normalement. Épais (…con…) !!!

« Bofff… Ça devrait pô être si grave que ça… »

(légère montée de lait de Coco… MDR)

« Et… Dis-moi JP (prononcer « djépi ») cé kwa une « cuillerée à table de piment broyé séché» ?

« Ben cé pô une louche à soupe ? »

« …  🙄 Non. Bon ben… On va devoir re-peinturer la cuisine… »

« OK »

Je dois lui rendre justice : il l’a bouffé jusqu’à la lie sa sauce à spaghatt !

Il a connu quelques brûlures d’estomac, mais rien n’a été perdu.

Absolument véridique.

p.s. Jean-Pierre, je sais que ça fait des siècles qu’on ne s’est pas parlé, mais… tu pourrais me refiler ta recette ? J’ai de la tapisserie à enlever. 😛

Publicités
Cet article, publié dans Amitié, Humour, Société, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Ah la joyeuse époque estudiantine !

  1. Ils ressemblent à ça les collosc qui mangent ça : lol
    chttp://1.bp.blogspot.com/-_3TSjhtmkRQ/Tz73kcMW5II/AAAAAAAAMaU/QpMHObRcyWk/s640/Mandriles1.jpg

  2. Laura Guiraud dit :

    MDRRRRRRR quelle histoire :p hihi recette originale ^^

    Alala la vie étudiante ^^
    La mienne était moins épique je dois l’admettre XD

  3. bleuemarie dit :

    ah, les merveilleux souvenirs de la période étudiante…les tiens sont frais comme s’ils venaient juste d’être pondus 🙂

  4. ladyelle134 dit :

    PTDR ! 😀 Merci pour ce bon moment à te lire et merci à « Djépi »
    Euh dis moi, les barniques c’est…. Non ce n’est pas… Si ? C’est ça… ou ça ? 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s