De l’art de ne pas l’emporter au paradis

Il ne faut pas être un génie pour deviner que je ne me tirerais pas indemne de mon sale coup style « tir de pipi en mode balayage« .

…Ça ne m’a même pas effleuré l’esprit. Faut l’faire ! 😛

Encore un échec « retentissant » à intégrer les leçons (fessées) du passé.

À peine me pointai-je le nez hors de l’abris du dessous de mon lit que j’entends sonner le téléphone au loin. Et ma mère d’y décrocher le machin à gueulantes.

Moment de silence où je vois ma mère me découvrir sortant, angélique, de ma cachette et me jeter un oeil mauvais.

Jamais un bon signe. Je connais. Il y a de l’orage dans l’air. 😦

Elle raccroche le bidule à gueulantes se croise les bras et sus-su-re « Mon p’tit Coco en chocolat, kesse kyé t’arrivé avec Alain ? » Je fonds comme chocolat au soleil. Et moi de m’enquérir candidement « Ben de quel Alain tu parles ? » Et ma mère de gronder (Oui. Il y a définitivement de l’orage dans l’air) « Fais pô ton simple, mon p’tit bâtard, je te parle d’Alain, pas l’autre ! »

Mé kesse k’vous voulez que j’lui raconte ???!!! 😯

Heureusement, la sonnerie du téléphone se fit entendre. Littéralement sauvé par la cloche le Coco en chocolat ! 😀

Un « Bouge pô ! » retentit comme un tonnerre tout proche tout proche. Et de ma maman chérie de choper encore le bidule à gueulantes. Ses épaules s’affaissent, des mots sont encore échangés (j’imagine) et la voix de ma douce maman devient sifflante et soufflante. Tentative presque réussie de destruction du machin-truc à gueulantes.

Vous ai-je dit que ma tendre maman est Taureau, de signe astrologique bien sûr, mais de caractère aussi.

Furax qu’elle est ! 😯

Je ressens une subite faiblesse côté sphincter vésical. Pourtant, je croyais bien avoir épuisé mes munitions. Par un effort surhumain je maîtrisai une potentielle déconvenue, probablement humiliante.

Mon effort fut vain. Une claque monumentale me retroussa les fesses vers le plafond que j’évitai de justesse perdant tout contrôle sphinctérien. 😳

foudre
Ça c’est la foudre : l’ai jamais vue venir, la claque. Ma maman chérie est vive comme l’éclair côté baffes. 😦

C’est un complot ! Les Alains sont allés se plaindre à leurs moumans qui, par un pur hasard, sont de très proches amies de ma mouman ! Les lâches ! Trahison ! Elle est où la solidarité des morveux, hein ???!!! Elle est où ? 😡

« Attends que ton père revienne du travail, tu vas en manger une maudite (sous-entendue, fessée) ! »

Là ! Admirez la solidarité, la complicité, la cohésion, l’harmonie parentale: tout le monde met la main à la pâte. De mon point de vue ce sont mes fesses que j’vais avoir en pâte !!! 😦

Ceci dit – pô totalement suicidaire tout de même – je ne remis point en question la paternité réelle ou non du mec dont la fessée éventuelle s’abattrait sur les fesses du « p’tit bâtard » *.

Tout de même, je me suis toujours élevé contre la double ration de baffes pour une seule gaffe. Boff j’ai joyeusement caché quelques vétilles puériles donc au bout du compte je dois bien admettre qu’il y a une justice immanente quelque part. 😛

… Remarquez que ça n’a jamais rien changé à la solidarité parentale. Le principe fondamental reposant sur le raffermissement unilatéral des fesses. 😦

… Vous voulez les voir mes fermes fesses, vous ?

Dans vos rêves ! 😛

* Vous ai-je dit ? Je « challengeai » un jour – où je devais me sentir suicidaire – ma mère sur mon statut de « bâtard« .

baffe

Ça m’a valu une nouvelle paire de lunettes.

Note

Cet article fait partie d’une suite chronologique d’anecdotes; pour vous y retrouver :

  1. Où suis-je ? Que vois-je ? Qui dois-je vaincre ?
  2. De l’art de ne pas l’emporter au paradis
  3. Triumverrat
  4. Ça s’arrose

 

Publicités
Cet article, publié dans Amitié, Délirefiction, Humour, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour De l’art de ne pas l’emporter au paradis

  1. J’adore ton aventure et sa narration sur l’arrosage en balayage 😀 😀
    Bisoussssssssssss le Coco 🙂

  2. ladyelle134 dit :

    MDR Petit chenapan ! Depuis le temps que les femmes (même Madame Cromagnon, j’en suis sûre) s’acharnent à expliquer aux (petits garçons) hommes l’importance de « pisser droit » (dans la cuvette) et pas ailleurs ! Ca aurait économisé les fessées qui semblent te laisser des souvenirs douloureux.
    Plein de gros bisous 🙂

    • Coco dit :

      Oui ! Honte à nous ! Mais c’est dans les gênes des petits garçons/hommes de vouloir jouer au pompier !!!

      Comme retour sur le web, je reste tout de même discret. Mieux vaut lentement que trop vite 😉

      Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s